Le FN a marqué des points. A gauche comme à droite, on s’est empressé de comprendre et de consoler ses électeurs ; l’UMP s’est même permise d’aligner son programme sur leurs désirs supposés – puisqu’ils adhèrent à « tout et n’importe quoi » comme je l’écrivais ici – en mettant la frontière au cœur de son discours. Et cette campagne ultra réac n’apporte presque que des bénéfices ; les centristes et les (soi-disant) humanistes s’écrasent et Sarkozy, même probablement sorti, reste bien haut malgré son bilan déplorable.

Comme le note Raffaele Simone dans cet entretien passionnant, ce ne sont pas des phénomènes passagers, mais le produit d’un « air du temps » particulièrement favorable :

En ce sens, j'avance l'idée que cette droite nouvelle, consommatrice, people, médiatique, liftée, acoquinée aux chaînes de télévision, appelant à gagner plus d'argent, défendant les petits propriétaires, décrétant comme ringardes les idées d'égalité et de solidarité, méfiante envers les pauvres et les immigrés, est plus proche des intérêts immédiats des gens, plus adaptée à l'ambiance générale de l'époque, plus " naturelle " en quelque sorte. Et c'est pourquoi elle gagne.

Il a raison ; la droite va peut-être perdre cette élection, mais elle a gagné dans les têtes. Elle a gagné et elle pourtant elle continue à se présenter comme une idéologie de combat, victime, minoritaire, pour mieux s’affirmer insidieusement. Pour moi, elle est désormais en situation d'hégémonie culturelle, et notamment parce qu'elle se construit en permanence contre trois grandes figures, aux travers desquelles on peut lire tous ses discours : l'assisté, l'étranger et le bobo.

L’assisté : c’est le nouvel ennemi du système économique. On ne s’étonne même plus de trouver des gens qui ne gagnent presque rien, quand ils ne survivent pas eux-mêmes des aides sociales, et qui se plaignent des plus pauvres qu’eux ; ne pouvant louer le travail - toujours plus rare et plus dur – on a donc condamné l’absence de travail. Fatigués d’accuser la crise, le grand capital ou le système, on est revenu aux temps anciens où l’on blâmait les paresseux. L’assisté, le planqué, c’est toujours l’autre, et comme le travail est la ligne de partage entre le bien et le mal, alors tout travail est également vertueux, le patron qui s’engraisse ou l’ouvrier qui sue (et inversement). Bien sûr, cela n’est pas venu que du peuple : en témoigne la Welfare Queen de Reagan, mère de toutes les dénonciations.

On peut aussi y voir la conséquence de l’extension de la mentalité petite bourgeoise, telle que décrite par Barthes, pleine de calcul et d’égoïsme. Se mélange l'esprit TINA qui règne partout, l’idée que nous n’avons plus les moyens de la solidarité, la généralisation du calcul d’incitation – indemniser le chômeur, c’est l’encourager à chômer, enfin le sentiment que la générosité est un signe de faiblesse, que celui qui partage se fait voler par des ingrats, et qu’il vaut mieux être un petit malin, ou carrément un prédateur, pour s’en sortir.

L’étranger : Alors que tout le monde est de plus en plus identique, pense pareil, s’habille pareil, consomme pareil, la vision d’une différence elle aussi standardisée – les petites frappes de banlieues, incarnations de l’insécurité, ou les femmes voilées – est devenue insupportable ; au soupçon du trouble à l’ordre public mêlé d’assistanat, s’ajoute le diktat de l’intégration, pas tant à une supposée culture française qui ne tient plus que dans les merde télévisées populaires, qu’à un modèle identitaire de citoyens consommateurs (pas de voile, pas de djellabah, pas de survets, tous chez H&M).

D’ailleurs la question de l’ordre, évidement légitime, semble cependant limitée à un ordre matériel ; ne pas être en danger certes, être « respecté » aussi, mais surtout protéger ses biens. Ce n’est jamais un ordre moral : qu’importe les turpitudes de nos élites, corruption et arrangements, c’est leur problème. Qu’importe l’injustice pourvu qu’on ait la paix, et qu’on consomme tranquille.

Le bobo : le concept, flou, est bien pratique. Soit l’intellectuel ou le prof honni qui « prend la tête » et empêche de jouir tranquille de toutes les possibilité du divertissement, soit le donneur de leçon qui s’en prend aux 4x4 pour rappeler que l’écologie n’est pas une option, soit le journaliste au service du grand complot, camouflant la réalité du terrain ; soit surtout le traitre à sa classe, celui qui ne vit pas dans la violence des quartiers laissés aux assistés et aux étrangers (comme tout bourgeois) et qui pèche par angélisme au lieu d’être solidaire de sa classe et de garder sa thune pour lui.

Par définition alors, la gauche oeuvre pour ces trois catégories ; tout ce qu’elle propose est suspect. Tout ce qu’elle dit est soit creux, soit tortueux, faute de s’appuyer sur ces cadres de pensée évidents. Les grandes idées de solidarité et de justice sont battues en brèche, et le PS même (presque) vainqueur doit s'excuser d'avance de la moindre dépense.

Alors autant en finir tout de suite avec la gauche morale : les couvertures de Libé contre le FN, les condamnation diverses et les comparaisons foireuses sont inutiles, et participent au discours victimaire de la droite. Après, reconstruire une idéologie nécessitera pour moi trois temps distincts. D’abord le recadrage : qui sont les assistés, vraiment ? Combien coûtent (ou en espèce rapportent) les étrangers ? etc. Ensuite la conquête du pragmatisme – l’efficacité contre le discours, tant en termes de sécurité que de pouvoir d’achat. Enfin la critique du "monstre doux" de Simone, soit le consumérisme et l’abrutissement, qui permettra de remettre les vraies priorités (santé, éducation, épanouissement) au cœur du débat.