Guéant est certainement sincère quand il pense que tout ne se vaut pas. D'ailleurs je suis d'accord avec lui, tout ne se vaut pas. Une civilisation qui a mécanisé la guerre au point de broyer des millions de soldats, avant d'envoyer d'autres gens par millions dans des fours et des camps, est tout à fait en situation de donner des leçons de qualité aux autres. C'est d'ailleurs pour rester les seuls dépositaires exclusifs de l'horreur récente qu'on empêche les iraniens de chopper la bombe atomique, car eux ne sauraient en faire bon usage.

Bien sûr tout ça c'est le passé, maintenant on est le pays des droits de l'homme et surtout de l'égalité hommes / femmes. On est bien nous les occidentaux vraiment, et qu'est ce qu'on se sent mieux, qu'est ce qui fait mieux oublier la crise, le chômage et l'espèce de nihilisme consumériste dans lequel nous nous enfonçons chaque jour un peu plus, que le spectacle de ces barbares qui non seulement ne savent pas tuer en masse comme nous, mais imposent en plus à leur femmes des coutumes traditionnelles débiles ? Sans compter leurs vieilles télés pas plates !

Qu'on ne se méprise pas : je ne vais pas défendre l'excision ou le port du voile imposé, ni faire fi des brimades subies par ceux qui vivent hors d'un état de droit ; mais il y a quelque chose d'insupportable dans la manière dont certains prennent appui sur des traditions - forcément discutables - ou des retard de développement pour se gargariser de notre évidente supériorité.

Guéant travaille pour le sans grade cher au lepénisme, qui va enfin se sentir exister en se souvenant que quand même, dans les colonies, on leur apportait les chemins de fer et les hôpitaux (les mêmes travaux que font chez nous les immigrés issus de ces anciennes colonies d'ailleurs). Il parle à ceux qui se réjouissent au fond de voir des islamistes se faire élire après les révolutions arabe, comme ils l'avaient prédit - quelle surprise, vraiment, les seuls qui se sont opposés à ces dictatures pendant 40 ans accèdent au pouvoir - bien content que nous soyons les seuls à pouvoir pratiquer la vraie démocratie, celle avec un FN à 20%, mais pas plus.

Guéant flatte le gros con qui cogne sa femme - combien y-en-a-t-il dans notre beau pays de l'égalité des sexes ? tout en se félicitant qu'elle puisse sortir en minijupe, elle. Guéant rappelle à tous les imbéciles qu'ils devraient être fiers de leur haute culture tellement raffinée, et que ce ne sont pas des barbares qui auraient enfanté Racine, même si faut pas non plus aller jusqu'à se faire chier pour le voir.

En fait Guéant est un préposé au narcissisme national, et la gauche qui voit le loup mais hurle par réflexe pavlovien devrait en tenir compte plus finement - ne pas désespérer Billancourt, quoi.